Nos autres activités

Ethique

La mise en place et la coordination d’une instance éthique de la Protection Juridique des Majeurs

Cette instance éthique a donc pour objet :

De recueillir des avis autour d’un débat concernant une situation qui suscite un problème de dimension éthique, très souvent issu de tensions entre différentes exigences et possibles contradictions entre contraintes institutionnelles, valeurs (personnelles ou institutionnelles), intérêts divergents auxquels les professionnels sont soumis dans l’exercice des mesures de protection, afin de prendre les décisions les plus justes possible.

C’est donc une porte d’entrée par sujet (ou situation) ; on parle donc bien d’éthique pratique.

Les professionnels (issus de la PJM mais pas uniquement se rapprochent alors du chargé de mission pour proposer une situation et remplir conjointement la fiche de saisine.

Les objectifs de cette instance sont :

  • De proposer des éléments pour faciliter un choix éclairé et responsable
  • De créer voire renforcer une habitude, une sensibilité éthique autour de la Protection Juridique des Majeurs
  • D’améliorer la qualité du service rendu aux personnes en Mesure de Protection Juridique et de tendre vers une évolution des pratiques

Cette instance regroupe à ce jour 18 membres permanents, issus de champs professionnels très variés.

Une fois cette instance constituée, nous nous sommes mis d’accord sur quelques valeurs communes inscrites dans une charte de fonctionnement :

  • Garantir libre parole de chacun et bienveillance
  • Respecter le libre choix du majeur protégé
  • Offrir climat de confiance basé sur le non-jugement

L’identité de notre instance qui se réunit à une fréquence trimestrielle est la suivante : Espace de Réflexion Ethique de la Protection Juridique des Majeurs du Département de l’Ain.

5 séances et une journée d’envergure plus tard, nous poursuivons l’expérimentation. Les situations étudiées sont très souvent articulées autour de tensions entre problématiques de santé et choix du lieu de vie pour la personne protégée.

Les questionnements sont parfois plus larges et la pluridisciplinarité offerte par la diversité des parcours des différents membres de notre instance constitue une vraie richesse.

Cette phase expérimentale nous autorise à ajuster le cadre en permanence, comme par exemple, la présentation de situations à plusieurs voix, confirmant qu’il n’y a pas de modèle préétabli pour ce type d’instance.